10K du Marathon d’Ottawa 2016 : Quelle expérience!!

Le 28 mai 2016, c’était ma 20e course, ce fût une course de 10 kilomètres pleine de rebondissements! Je vais tenter de vous faire vivre ce que j’ai vécu au Marathon d’Ottawa.

Ça fait longtemps que cette course de 10 kilomètres était dans mon radar. Officiellement, depuis mon retour dans l’Équipe formidable du Marathon d’Ottawa, mais dès la fin de ma course du 23 mai 2015, je savais que j’allais répéter l’expérience pour la troisième année consécutive.

Je l’ai répété à plusieurs reprises, c’était également ma troisième course du mois de mai ainsi que ma quatrième course en 2016.

C’était aussi une course comprenant plusieurs premières pour moi. Premièrement, c’était la première fois que je courais, lors d’une course officielle, avec mon bon ami, Alexandre Boileau. Deuxièmement, je n’ai pas couru avec ma montre GPS ou mon téléphone intelligent. ET non, j’ai regardé mon temps seulement au fil d’arrivée! :) Et troisièmement, pas de musique! Ça, c’est vraiment une première, j’arrive difficilement à courir sans musique.

Alexandre et moi avant le départ du 10k du Marathon d'Ottawa.
Alexandre et moi avant le départ du 10k du Marathon d’Ottawa.

En plus de ces premières, on peut réellement dire que la météo a eu un ÉNORME impact sur la Fin de semaine des courses du Marathon d’Ottawa.

Pour ceux ou celles qui n’auraient pas vu la nouvelle, la chaleur dans la région de la Capitale nationale a carrément faire craindre le pire à tout le monde.

Je tiens d’ailleurs à souligner le bon travail de l’organisation qui a décidé de prendre les choses en main pour éviter que les coureurs tombent sous la chaleur, etc. C’est ainsi que l’horaire de la course de 10 kilomètres et le demi-marathon a été modifié.

Nous sommes donc partis à 19h au lieu de 18h30. 10 523 coureurs ont participé à cette course selon Sportstats. C’est moins que l’an dernier et la température y était sûrement pour quelque chose.

Première surprise de cette course, la pluie! Sur la photo de mon tweet, on peut aisément remarquer que le ciel est gris et nuageux à souhait. C’est donc une pluie forte et soudaine qui est tombée sur nous! Sérieusement, je n’ai jamais connu une course sous la pluie. J’ai souvent été épargné par la pluie forte. Un gros 15 minutes de pluie ont fait en sorte que j’étais tout trempé, de la tête aux pieds. Tout ce que j’avais sur moi était mouillé; heureusement, j’avais placé mon porte-feuille et mon téléphone dans un sac à sandwich. Ce sont les deux seuls éléments qui étaient secs. Fiou ;)

Je le dis souvent, je n’aime pas courir sous la pluie. Je suis une vraie poule mouillée, héhé! Mais bon, la température étant chaude, la pluie était la bienvenue. Elle était froide/tiède en plus. Cependant, j’avais l’impression d’avoir 2-3 livres de plus sur le corps en raison du poids des vêtements mouillés. Malheureusement pour nous, la pluie a cessé et l’humidité et la chaleur sont revenues. L’organisation du Marathon d’Ottawa avait mis en place plusieurs mesures pour éviter les coups de chaleur et la déshydratation des coureurs. Je n’ai pas eu de problème à courir les 6,5 premiers kilomètres. C’est à ce moment-là que j’ai dû me mettre à marcher, et ce, à quatre reprises jusqu’au fil d’arrivée. J’étais essoufflé, j’avais mal au ventre et à un moment donné, j’ai eu l’impression que j’allais vomir (hello les signes précurseurs d’un coup de chaleur!). Heureusement, tout s’est bien passé et j’ai très bien fait de m’arrêter pour éviter de sortir de la course en civière.

Je savais que je n’allais pas battre mon record personnel à cette course, mais j’ai quand même eu un petit pincement au coeur parce que je pensais le terminer en moins d’une heure. J’ai terminé la course en 1h.

Il y a eu beaucoup d’effet d’entonnoir cette année, comparé à mes deux courses précédentes de 10 kilomètres au Marathon d’Ottawa, c’était assez difficile de maintenir un rythme constant.

Je tiens aussi à remercier mes amis Alexandre et Jimmy pour leur support, ça m’a clairement aidé à continuer ma course, mais tout en écoutant les signes envoyées par mon corps qui supporte très mal la chaleur.

Bref, je suis content de mon temps dans les circonstances. Ce fût tout une expérience!

Est-ce que je serai de retour en 2017?! Oui, fort probablement, parce que j’ai un attachement profond à la Fin de semaine des courses du Marathon d’Ottawa.

Articles récents

Roch Courcy Écrit par :

Jeune trentenaire passionné par la course, les médias sociaux, l’actualité, la communication et les chats! Ah oui, je suis aussi conseiller médias sociaux à la Ville de Gatineau.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *