Lettre à ma fille : Papa a presque pleuré lors de ton cours de natation

NDLR : Ma fille a récemment pris part à son premier cours de natation depuis son premier VRAI cours qui a eu lieu à l’automne 2013 et j’ai voulu lui en parler.

Chère Olivia,

Récemment, nous nous sommes rendus à la piscine municipale dans le secteur de Buckingham pour ton premier cours de natation intitulé « Loutre de mer », un cours adapté pour les 3-4 ans. Tu étais tellement enthousiaste, donc ça ne m’inquiétais pas trop; tu n’allais pas trouver ça « plate ».

Tu te demandes pourquoi j’ai écrit que j’avais presque pleuré. Je vais te l’expliquer, mais pour ça, on va retourner en arrière. Officiellement, tu as participé à ton premier cours de natation à l’automne 2013, alors que tu étais un bébé! Tu semblais avoir apprécié, mais l’eau et toi, vous n’avez jamais vraiment été amis. Je me souviens des crises que tu piquais parce que tu ne voulais pas prendre ton bain. C’était donc hors de question que tu fasses d’autres cours de natation (pour le moment, en tout cas).

Pour être très honnête, j’étais un peu déçu. Pourquoi?! Parce que mes parents m’ont toujours dit que « pouvoir nager », c’est un des plus beaux cadeaux que l’on peut faire à ses enfants. J’avais peur que tu ne puisses pas être en mesure de t’amuser sécuritairement dans l’eau, plus tard, dans ta vie.

Nous ne sommes pas vraiment allés à la piscine les deux étés suivants à part des saucettes où tu restais collée à nous sans trop bouger. Nous sommes allés à la plage peut-être deux fois en 2015, mais sans plus.

En janvier 2016, j’ai décidé de prendre les choses en main. Ayant notre carte Accès Gatineau en main, j’ai décidé que nous allions aller au bain libre parents-enfants, offert au Centre sportif de Gatineau. Je me suis dit que si je t’accompagnais, tu aurais peut-être plus le goût de jouer dans l’eau.

Nous y sommes allés plusieurs samedis successifs pendant qu’il neigeait dehors. La première fois, tu étais craintive et tu voulais jouer assise dans la pente du bassin récréatif qui rappelle le bord d’une plage. On avait un peu les fesses dans l’eau et c’était correct pour toi. Je n’ai pas voulu te brusquer. Peu à peu, tu marchais dans l’eau (en me tenant la main), tu glissais sur la petite glissade et surtout, tu commençais à jouer un peu plus dans l’eau sans rester « scotchée » à la pente douce.

Par la suite, le printemps est arrivé, on a continué à y aller quelques fois, mais dans des piscines intérieures différentes. Je me suis dit que ça te permettrait de t’habituer à divers environnements. Tu avais du plaisir à y aller, c’était déjà, ça!

L’été est arrivé et là, on est allé plusieurs fois se rafraîchir et surtout s’amuser dans les piscines extérieures de Gatineau. Je n’en revenais pas, tu avais non seulement du plaisir, mais tu bougeais et sautait dans l’eau. Ta veste VFI t’a énormément donné confiance en toi. Quand je te lâchais et je te laissais « nager » seule, tu semblais de plus en plus à l’aise. Nous sommes aussi allés à Québec plusieurs fois, à cause de grand-papa, tu t’en souviens?, et bien, nous avons grandement profité de la piscine de « mononcle » Richard où tu as épaté tout le monde avec ton aisance à sauter dans l’eau comme en fait foi cette photo! ;)

Ma fille lors de l'été 2016. Crédit photo : MF Dubé.
Ma fille lors de l’été 2016. Crédit photo : MF Dubé.

C’est à la suite de ces nombreuses sorties à la piscine que je me suis dit : « hey, on pourrait peut-être la réinscrire à des cours de natation! » Ça faisait presque 3 ans que tu n’en n’avais pas fait un. J’étais un peu craintif parce que je ne savais pas trop comment tu allais réagir à un cours où un parent doit être présent, dans la piscine, pour les 2-3 premiers cours uniquement. Tsé, nager pour le plaisir à la piscine et suivre un cours, ce n’est pas la même chose. En plus, dans les cours de natation, les flotteurs aux bras ou la veste VFI ne sont pas autorisés, donc c’était un changement important pour toi.

Comme d’habitude, je m’en suis fait pour rien. Tu as littéralement nagé comme un poisson dans l’eau! L’aisance avec laquelle tu t’es déplacée m’ont vraiment fait monter les larmes aux yeux. Des larmes de fierté, évidemment! J’étais content que tu aimes ton cours, que tu puisses avoir du plaisir et de la facilité à te déplacer dans l’eau et à suivre le groupe. Une vraie championne comme tu le dis si bien. Tellement qu’on nous a déjà demandé d’enlever un hippopotame de tes flotteurs pour augmenter ton niveau d’apprentissage. Wow!

Bref, Papa est fier de toi. Je suis content d’avoir pris les choses en main et de t’avoir fait apprécier l’eau à nouveau. Il était HYPER important pour moi que tu puisses t’amuser dans l’eau de façon sécuritaire. Évidemment, ton cours n’est pas terminé, il ne fait que commencer, mais je pense bien que tu vas continuer à suivre des cours de natation. De plus, c’est toi, cet été, qui disait vouloir être sauveteur quand tu serais plus grande! #bonneidée!

Articles récents

Roch Courcy Écrit par :

Jeune trentenaire passionné par la course, les médias sociaux, l’actualité, la communication et les chats! Ah oui, je suis aussi conseiller médias sociaux à la Ville de Gatineau.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *