Demi-marathon de Niagara Falls : le dernier de 2017!

En novembre 2016, je me suis inscrit au demi-marathon de Niagara Falls. Le 15 octobre 2017, j’ai terminé ce 21,1 km avec beaucoup de déception! :/

Si vous vous demandez pourquoi, je vous invite à poursuivre la lecture! ;)

C’était donc le 20e anniversaire du marathon international de Niagara Falls. Comme son nom l’indique, le parcours de 42,2 km traverse les deux pays. Le départ se fait à Buffalo, dans l’état de New York, et se termine à quelques mètres des fameuses chutes de Niagara Falls qui n’ont plus besoin de présentation! ;) D’ailleurs l’arrivée près des chutes de Niagara Falls est la même pour toutes les distances offertes durant le week-end, soit 5 km, 10 km, 21,1 km et 42,2 km.

C’est vraiment plate, mais je n’ai pas trop aimé mon expérience à Niagara Falls. Sauf le voyage avec le talentueux Patrick Woodbury, photographe au quotidien Le Droit, à Ottawa, la chambre d’hôtel et la Ville de Niagara Falls (malgré ses attrapes-touristes trop évidentes). Voici donc comment j’ai vécu la course et mes principales déceptions.

Déception no. 1 – l’exposition

Je ne sais pas si c’est le nom de l’événenement ou la réputation de Niagara Falls qui m’a trompé, mais je m’attendais sincèrement à une grosse exposition comme à Ottawa, Montréal ou Toronto. Mais euh, non, pas du tout. En fait, c’était très décevant et Patrick et moi avons eu de la difficulté à s’y retrouver entre le ramassage du dossard et l’activation de ceux-ci qui n’étaient pas du tout proche l’un de l’autre… On ne nous a même pas donné d’office le guide officiel de l’événement qui comptait des informations précieuses comme les heures de la navette. Il a fallu le demander au kiosque d’information que l’on a vu à la fin…! La dame était très gentille au moins! Mes amis du marathon d’Ottawa étaient présents pour vanter ce merveilleux week-end de course.

Déception no. 2 – le parcours

C’est probablement ma plus grande déception. N’oublions pas que Niagara Falls est située à plus de 6 heures et demie de Gatineau. Donc, faire autant de route pour être déçu, ça déçoit encore plus. On a donc pris la navette, des autobus scolaires de la région, qui nous a amené vers le sud, en direction de Fort Érié, parce que le départ se faisait là-bas, aux abords de la rivière Niagara, avec les États-Unis l’autre côté. En passant, les États-Unis étaient tellement près que Rogers pensait que j’avais traversé la frontière. Ça me fait penser à Facebook qui a longtemps pensé qu’Hochelaga (à Montréal), c’était à Longueuil! Bordel!

On le voit sur la photo de ce billet que c’était nuageux. En fait, on annonçait de la pluie pour la journée du 15 octobre. Les prévisions sont devenues claires le matin même. Nuageux en matinée, pluvieux en après-midi, mais humide et venteux. Je confirme que c’était le cas. Le soleil s’est même pointé le nez quelques fois durant l’épreuve. Notre départ était donné à 10h, ce qui m’a laissé un peu dubitatif : les longues épreuves sont souvent celles qui partent plus tôt.

Revenons au parcours. Comme précisé plus haut, on longeait la rivière Niagara, sauf que nous avons couru tout le long, pendant le 3/4 du demi-marathon. Le même paysage qui revient et en plus, sans aucune ambiance parce que la promenade Niagara Falls est bordée de maisons et de villas de gens bien nantis qui n’en n’ont rien à cirer des coureurs!

Déception no. 3 – l’hydratation

En général, je ne chiale pas trop à ce sujet, mais là, ça m’a marqué durant mon demi. Premièrement, le nombre de stations était bien correct, mais ces stations d’eau étaient mal placées, comme la première après 1,5 km de course. Je comprends que c’était sûrement plus pour les coureurs du marathon, mais quand même… Et finalement, ce qui m’a « écoeuré » le plus et c ‘est le mot, c’est le « Nuun » trop dilué. Ça goûtait tellement l’eau avec le fond de « Nuun » que j’en ai eu mal au cœur. Pas pratique.

Déception no. 4 – le départ et l’arrivée

Que dire à ce sujet ? Comme sur le parcours, pour le départ, l’ambiance était nulle. Presque pas d’encouragements à bouger, à célébrer la course. On a eu le droit à deux hymnes nationaux tronqués par le système de son défaillant et évidemment, pas assez de toilettes.

Pour l’arrivée, oui, il y a les chutes, mais on n’arrive pas directement là là. Le fil d’arrivée de cette course était le plus étrange que j’ai connu durant ma jeune carrière de coureur. Comme toutes les distances arrivaient aux chutes, je me suis dit que tout le monde arrive à l’arche selon sa distance et voilà. Sauf QUE… Environ 150 mètres avant l’arche, j’ai passé par dessus un tapis. Tsé, pas n’importe quel tapis, un tapis qui a pris mon temps, avec la puce de mon dossard. Mais ne sachant plus si j’avais terminé le 21,1 km à cet endroit, j’ai continué. Est-ce que j’ai couru 21,25 km finalement? La question se pose.

Aussi, le demi-marathon était commandité par les producteurs laitiers du Canada. J’ai eu le droit à une manifestation anti-lait et pro-animaux parce que j’ai pris du lait au chocolat. Ah ben!

Déception no. 5 – ma « performance »

Si vous êtes un(e) lecteur/trice assidu(e) de mon blogue, vous le savez que je cours pour le plaisir et non pour le temps. Donc, j’ai terminé en 02:57:53. Ce n’est pas mon pire temps, mais pas loin ;)

Bref, ce n’est pas le temps qui m’a déçu, mais le fait d’avoir eu mal. La tête, le ventre, les jambes et le dos ont tous flanché au courant de la course. Très sincèrement, l’abandon n’était pas une option, mais j’y ai pensé. Mais, l’orgueil a pris le dessus! ;)

Voilà. Je pense que je n’ai pas besoin de vous dire que je ne retournerai pas à cette course. À Niagara Falls, oui, mais pas pour courir.

Ma saison de course 2017 est presque terminée. Il me reste la Cookie Run à Ottawa en novembre et la Course de la résolution en décembre à Québec! J’ai aussi décidé de réduire le nombre de demi-marathons à trois pour 2018.

Articles récents

Roch Courcy Écrit par :

Jeune trentenaire passionné par la course, les médias sociaux, l’actualité, la communication et les chats! Ah oui, je suis aussi conseiller médias sociaux à la Ville de Gatineau.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *