Option nationale : du numérique au traditionnel

! Attention : Ce billet a été écrit il y a plus d'un an. Il est fort possible que les informations proposées ne soient plus valables et/ou à jour.

 Les 2 et 3 mars derniers se tenait le congrès annuel d’Option nationale. Pour l’occasion étaient rassemblés quelque mille membres et militants prêts à discuter de l’avenir et de la plateforme du parti. Avec la venue de Monsieur Jacques Parizeau, journalistes, photographes et caméramans étaient de la partie et ont assuré une présence médiatique marquée à travers le Québec.

Faisons un petit retour sur les élections 2012 : le parti, tout jeune, tout frais, courrait les occasions de faire parler de lui, boudé des médias traditionnels qui n’en avaient que pour les gros autobus aux imprimés souriants, les poignées de main et les épluchettes. Cependant, en peu de temps, l’image a su se bâtir et toucher le vote de quelque 82 857 optimistes. Comment expliquer la venue d’une telle représentation au sein de l’électorat? Saluons en cœur nos amis Facebook et Twitter.

Avec la venue de militants affamés de propos francs, directs et enthousiastes, le parti s’est créé sa propre plateforme de diffusion médiatique. À l’aide de groupes sur Facebook, l’organisation a rejoint une base militante active sur les réseaux sociaux et les a entretenus, prête à leur donner du contenu à partager : tantôt pour des événements de financement, tantôt pour des vidéos promotionnels. Rapidement, une masse influente de Twitter s’est appropriée le mot-clic officiel du parti et en a bombardé les fils de #polqc, d’#assnat et autres. L’objectif était clair : la promotion des candidats et de la plateforme, à travers un discours au ton simple et rassembleur.

Lors du débat des chefs, Jean-Martin Aussant, se voyant refuser l’accès par les médias, répondait aux questions posées plus tôt en live stream, inondant par la même occasion la twittosphère québécoise. On ne compte plus, d’ailleurs, le nombre de fois où #optionnationale (désormais remplacé par #opnat) fut une des tendances à Montréal et au Québec. Fait insolite, certains membres se sont même rendus jusqu’à créer un Tumblr suivant le concept populaire des memes sur fuckyeahjeanmartinaussant.com.

Combien de fois a-t-on entendu, par la suite, les médias de masse parler du parti en mentionnant ses militants enthousiastes et déterminés? C’est à travers le numérique, donc, qu’Option nationale aura su attraper les Radio-Canada, TVA et La Presse de ce monde.

Penser la politique (ou la marque) autrement, c’est aussi la rendre accessible à travers ses moyens de diffusion. Les réseaux sociaux ne font qu’offrir de nouvelles possibilités chaque jour, mais encore faut-il savoir les saisir. C’est le défi qu’Option nationale s’est donné, et c’est celui qu’il touche, avec en main une liste de plusieurs nouveaux projets.

Articles récents

Vincent Massé-Gagné Écrit par :

Présentement stratège pour les réseaux sociaux chez Option nationale, je suis entré dans le monde des communications par la grande porte sans m’y attendre à la sortie de mon DEC en Création Publicitaire au Collège Mérici de Québec. Si ma première expérience consiste à appliquer une stratégie Web pour Le Massif de Charlevoix chez Oasis Communication, je prends rapidement la tangente de la création en devenant concepteur-rédacteur à la pige chez Triomphe. J’aime la publicité quand elle sait me faire oublier qu’elle existe pour me vendre un produit. Je l’aime quand elle devient un divertissement en soi. Sur le Web, je m’attarde aux relations publiques, aux discours parfois précipités des twitteux passionnés et à la culture à l’ère des internets. Bref, pour parler dans le jargon de la pub, je suis la créativité, les chemises carottées et les cheveux frisés et incontrôlables d'un concepteur-rédacteur, mais que t'auras pas de difficulté à briefer.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *