Plaidoyer pour le maintien du RQAP

! Attention : Ce billet a été écrit il y a plus d'un an. Il est fort possible que les informations proposées ne soient plus valables et/ou à jour.

Ce billet ne s’adresse pas uniquement au gouvernement, mais à tous les intéressé(e)s par le RQAP.

Récemment, les médias nous apprenaient que le gouvernement songeait à sabrer dans le Régime québécois d’assurance parentale (RAQP) dans le cadre des différentes restrictions budgétaires.

Ma première réaction a été d’être carrément estomaqué. Et je le suis encore.

Comme vous le savez (peut-être pas), je suis le papa d’une petite fille qui est née il y a près de 20 mois. Comme des milliers de parents québécois, j’ai profité d’un programme social « généreux » (au dire du premier ministre).

Oui, on peut se compter chanceux d’avoir un tel programme, mais est-ce nécessaire de sabrer dans un régime auto-financé? Je me pose la question.

Je me pose cette question-là parce que selon les règles, j’avais droit à un congé exclusif, pour les pères, de cinq semaines. Ma copine et moi avons fait le choix que les 26 semaines partageables entre les deux parents allaient lui être données pour qu’elle puisse avoir près d’un an de congé avec ma fille.

Je vois mal comment pourrait-on réduire le nombre de semaines alors qu’il est vraiment difficile d’en profiter. Je n’ai pas pris un congé de cinq semaines consécutives. J’ai pris deux semaines suite à la naissance de ma fille où j’ai été passablement dérangé par mon travail. Quelques mois plus tard, un autre deux semaines et là, j’en ai davantage profité. La cinquième semaine également.

Je ne sais pas trop quoi vous dire chers fonctionnaires et membres du gouvernement… Tout ce que je peux vous dire, c’est que nous vivons dans un monde où tout va vite. Trop rapidement. Nos enfants poussent aussi vite que de la « mauvaise herbe ». On court du matin au soir, alors que l’on passe peu de temps avec eux. Vous me direz que j’ai toujours le choix de travailler moins, c’est vrai, mais en même temps, je dois subvenir aux besoins de ma fille et payer tous les frais l’entourant.

Bref, ce que je veux dire, tous les parents doivent profiter le plus longtemps possible de ce moment privilégié.

Cette chronique de Rima Elkouri, de La Presse, résume pas mal ce que j’en pense (à un autre niveau que personnel) : Le « généreux » des uns.

MISE À JOUR DU 3 OCTOBRE 2014 : Selon La Presse, le gouvernement Couillard ne touchera pas au RQAP.

Inquiet de la violence de la réaction de la population, le gouvernement Couillard ne touchera pas au programme d’assurance parentale. En revanche, une longue liste de compressions est à prévoir du côté de l’aide sociale et de l’emploi.

Articles récents

Roch Courcy Écrit par :

Jeune trentenaire passionné par la course, les médias sociaux, l’actualité, la communication et les chats! Ah oui, je suis aussi conseiller médias sociaux à la Ville de Gatineau.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *